La Terre Plate et les 200 anêries d’Eric

Il faut bien commencer quelque part, alors en attendant l’arrivée d’un éventuel débatteur, je vais m’attaquer à une vidéo pour malmener  les 200 « fausses » preuves qui soit disant prouveraient que nous vivons sur une Terre plate. Une vidéo tout à fait appropriée qui réunit à elle seule la plupart des arguments bidons que les « platistes » nous ressortent sans cesse comme une litanie.

Et ça commence au bout d’à peine quelques secondes. Il le faut bien me direz vous, 200 preuves en 137 minutes. Il faut tenir la cadence pour parvenir à sortir autant de conneries à la minute. 

Pour ceux qui n’ont pas encore perdu l’ouïe en écoutant des vidéos platistes, je vous invite à perdre la vue à la lecture de cette bouse.

Attention vous êtes prévenus, ça pique.

Je décline toutes reponsabilités sur votre santé mentale après le visionnage de ce truc.

Ce lien est en mode confidentiel et aucune vue ne se fera sur YouTube tant que vous n’appuyez pas sur lecture.

1) L'horizon apparaît toujours parfaitement plat à 360 degrés

En effet, moi le premier, je n’ai jamais observé la courbure de la Terre et je ne monterai jamais assez haut pour la voir de mes propres yeux. La Terre est simplement trop vaste.

Notre vision de l’horizon est très limité. Déja nous ne voyons pas à 360 degrés, à moins d’être un reptilien de la famille des Caméléonidés, ce qui n’est pas le cas bien sur, je dois faire un tour complet sur moi même pour y parvenir. Mais en n’en voyant qu’une petite fraction à chaque fois.  

Un homme de ma taille, environ 1 m 85, sur un radeau au milieu d’une mer d’huile ne verra guère plus loin que 5 km aux alentours.

Cinq kilomètres sur une planète dont la circonférence fait 40 000 kilomètres… ?

Autant dire que c’est ridiculement peu et si je pouvais apercevoir une courbure prononcée de ma position, je me trouverai sur une planète vraiment beaucoup plus petite au point de pouvoir en faire rapidement le tour… Même à pieds ou en ramant sur mon radeau.

Mais c’est justement parce que la Terre est ronde que notre vision de l’horizon est limité. Qu’est ce qui pourrait bien m’empêcher de voir au delà si elle était plate. Absolument rien. ( Voir la vidéo d’Olivier Joseph à droite )

Pourquoi construire des phares élevés ? Pourquoi mettre des vigies au sommet des grands mats sur les bateaux ?

Si ce n’est pour élever sa position afin de voir plus loin ou d’être vu de plus loin. De voir ou d ‘être vu au delà de la courbure…

Pourquoi investir plus d’argent pour construire plus haut si la lumière d’un phare au ras du sol était visible à 20 ou 30 kilomètres ?

Pourquoi ne pourrait on pas voir les côtes anglaises les pieds dans le sable mouillée d’une plage normande, avec une bonne paire de jumelle ?

Tout simplement parce qu’ils sont masqués par la ligne d’horizon. Plus bas que notre position.

Mais si nous ne percevons pas la courbure dans un sens, il en existe un autre qui est beaucoup plus simple à observer. Prenez l’exemple d’un navire qui s’éloigne à l’horizon. Vous le verrez disparaître peu à peu par la coque jusqu’à ne plus le voir du tout. Il n’a pourtant pas coulé… Il est toujours là, simplement caché par la courbe de la Terre.

Même d’un avion à 10 000 mètres elle est à peine perceptible. Mais c’est quoi 10 kilomètres d’altitude sur une planète aussi grosse que la Terre ?

Les avions vous semblent voler haut ?

Tracez un cercle de 40 cm de tour sur une feuille et tentez de faire un point pour indiquer l’altitude de l’avion à l’échelle. Soyez précis car votre point devra se trouver à 0,01 millimètre du bord de votre cercle.

C’est sûrement un mauvais exemple, mais au niveau planétaire, les avions rasent littéralement le sol et le cône de vision de nos yeux ne voient toujours qu’une toute petite partie de sa surface. Regardez la vidéo d’Alain Bernard en haut à droite pour vous faire une bonne idée de ce que nous voyons réellement et ne vous étonnez plus de ne voir qu’un horizon plat.

Il est plat pour nous tous… 

Je vous recommande vivement cette excellente vidéo d’Alain Bernard.

Regardez et savourez.

Sur cette vidéo, Fred Aves nous prouve sans l’ombre d’un doute la sphéricité de la Terre avec une expérience toute simple.

Olivier Joseph nous démontre que la ligne d’horizon est limitée par la courbure. Mais pas seulement…

2) L'horizon se situe toujours au niveau des yeux de l'observateur

Quand je reprends l’écoute de la vidéo, qui est insoutenable de bêtises pour moi, et je n’en suis qu’à 40 secondes, le gars nous explique que lorsque l’on monte en altitude la ligne d’horizon reste toujours à la hauteur de nos yeux sans que l’on est à baisser le regard pour la voir. C’est une explication tellement idiote que je ne sais même pas quoi dire. S’il fallait baisser les yeux pour suivre la ligne d’horizon, nous serions alors sur une toute petite bouboule. Il occulte complètement le gigantisme de notre planète.

Il est parfaitement normal que la ligne d’horizon reste à la hauteur de nos yeux. Nous voyons tout simplement plus loin. La Terre est grande, il serait temps de le comprendre.

3) L'eau est toujours de niveau

Alors là  notre scientifique de service nous explique que l’eau ne pourrait pas tenir sur une sphère qui fonce à toute allure dans l’espace. Premièrement parce qu’elle ne pourrait pas se courber et épouser la forme d’une boule et deuxièmement car elle serait expulsée dans le vide par la vitesse de déplacement.

A quoi pense-t-il en disant ça ? Est ce qu’il pense déjà ? Je sais pas ! Il doit s’imaginer la rotation rapide d’une balle de tennis mouillée et se dire qu’il serait logique que la Terre fasse la même chose.

Et dans un lave linge en marche ? L’eau reste tranquillement de niveau en bas du tambour pendant qu’il tourne ? Eh non ! 

Je vous renvoie aux  vidéos d’Eratosphère et du CEA Recherche tout de suite à droite qui vont vous parler du plus gros problème des platistes, la gravité.

Allez aussi faire un tour sur Wikipédia qui explique ça aussi très bien.

4) Les rivières s’écoulent vers le bas jusqu'au niveau de la mer

L’eau ne remonte rien du tout. Les terres sont toujours au dessus du niveau de la mer, sinon nous nagerions avec les poissons. Alors je ne vois pas ce que viens faire la dedans cette histoire d’eau qui remonte la courbe. Nous sommes toujours debout au sommet de la planète vu de notre position et c’est pareil pour l’eau. Elle ne fait que suivre le sens de la pente jusqu’à la mer. Voir au dessus la “GRAVITE”.

5) Le Nil

Encore de la flotte et toujours la même réponse. L’eau descend et ne monte rien du tout. Elle coule en direction de la mer qui se trouve plus bas. C’est pourtant pas compliqué à comprendre. Voir une de fois de plus l’explication de la “Gravité”.

C’est pas sorcier
Laissons Fred et Jamy nous parler de fleuves et de rivières.

6) Petit problème de redondance

Décidément l’eau c’est vraiment pas son truc. Il ferait mieux d’en boire un peu plus pour éviter d’écrire 10 fois la même chose. Donc, de nouveau, il prétend que l’eau est parfaitement de niveau et qu’il n’a jamais été démontré le contraire. L’eau étant perpendiculaire au centre de la Terre, elle est donc forcément de niveau à l’endroit ou l’on prend la mesure. Alors oui, l’eau est bien de niveau mais tout en suivant la courbure de la Terre. Je vois vraiment pas ce qui le chagrine la dedans. 

Regardez donc la petite vidéo d’Eratosphère sur la ligne électrique du lac Pontchartrain.

Puis de toutes façons vous n’avez qu’à observer la forme d’une goutte d’eau pour vous rendre compte que l’eau peut se courber…

"Preuves" - 7 - 10 - 11 - 12 - Car ce sont grosso modo les mêmes

Nous quittons les rivières, les fleuves et la flotte en général pour quelques instants. Rassurez vous, nous allons vite y revenir. Pour nous attaquer à des problèmes de trains et de rails de chemin de fer. En effet, notre ingénieur en chef qui n’a toujours pas compris comment fonctionnait un niveau, s’imagine que les trains doivent grimper des pentes de plusieurs centaines de mètres à cause de la courbure de la Terre.

Je sais, c’est ridicule.

Les compagnies de chemin de fer construisent bien sur leurs lignes sur un terrain le plus plat possible. Pas forcément parfaitement de niveau mais ils suivent plus ou moins le relief du terrain. C’est pour ça d’ailleurs qu’ils ne vont pas directement en ligne droite d’un point A vers un point B. Ils contournent les obstacles, les villes, les trop importantes différences de hauteur ou construisent des tunnels quand ils ne peuvent pas faire autrement.

Le train, quand il roule, par rapport à son propre référentiel, ne le fait pas en direction d’une courbure montante. Il est toujours au sommet de la courbe, perpendiculaire au centre de la Terre. Au pire on pourrait presque dire qu’il descend la pente de la courbe mais en fait non. Il ne monte pas mais ne descend pas non plus.

La courbure est insignifiante, c’est quelques métres sur plusieurs kilomètres. J’ai des différences de hauteurs bien plus importantes dans le parc en bas de chez moi ou il faut grimper ou descendre des escaliers. Il vit sur une table de billard ou quoi… 

En bref et pour conclure, la courbure de la Terre pour poser des voies ferrées, on en a rien à battre !

"Preuves" - 8 - 9 - Ou comment se contredire soi-même

Chose promise, chose due. Nous voici de nouveau dans la flotte avec un non sens. Notre brillant scientifique s’étonne à présent que de creuser un canal comme le « canal de suez » entre la Méditerranée et la Mer Rouge ne dispose d’aucune écluses et que les ingénieurs n’auraient pas tenus compte de la courbure de la Terre pour le creuser. Mais que se passe-t-il ?

L’eau n’est plus de niveau à présent ?

Ce ne sont pas des mers fermées il me semble. Le niveau des deux mers est donc à la même hauteur. Pas besoin de construire d’écluses ni besoin de tenir compte de la courbure de la Terre pour creuser une tranchée, aussi grande soit-elle.

Quand au fameux W.Winckler, ingénieur de son état à la preuve 9, il semble n’exister que sur les sites platistes. J’ai bien fait une recherche sur internet mais sans grand résultat. Comme je n’étais apparemment pas à le premier à le chercher, je vous laisse cliquer sur le lien ci-dessous.

Documentaire sur le Canal de Suez

13) Expert dans la modification de texte et d'enfumage

François Arago

François Arago

Jean-Baptiste Biot

« L’expérience » de ces deux physiciens, astronomes et mathématiciens français n’en était pas une. En effet, ils avaient pour mission de déterminer la longueur exact du mètre en mesurant l’arc de méridien qui traverse Paris. Il n ‘était en aucun cas question d’essayer de prouver que la Terre n’était pas ronde mais de faire des calculs de triangulations.

Notre auteur platiste a juste modifié le texte original qui disait :

« Dans le récit des opérations trigonométriques  en France de MM. Biot et Arago.  »

par

« Dans une expérience française du XIXe siècle menée par MM. Biot et Arago. »

On commence à bien sentir la manipulation.

Ensuite il nous dit que l’élévation des deux points étaient identique alors que c’est une nouvelle fois complètement faux. Le point le plus haut du désert de Las Palmas est de 729 mètres alors que le point le plus haut d’Ibiza est de 475 m. Les deux sont séparés par 160 kilomètres.

Avec un calculateur de courbure sans tenir compte de la réfraction de la lumière les deux points sont parfaitement visible l’un de l’autre.

Mais justement, cette « expérience », que notre savant de pacotille utilise pour prouver que la Terre est plate prouve justement le contraire. Pourquoi Biot et Arago se serait fait chier à grimper aux sommets de Las Palmas et de Ibiza si ce n’est pas pour se voir au delà de la courbure. A ras du sol, sur une Terre Plate, c’est tout a fait suffisant non ?

Article en cours de création

Cartographie et triangulation

14) Une histoire de lampes

Les sources ne sont franchement pas très claires pour cette 14eme ânerie alors je vais faire avec ce que j’ai compris de cette expérience.

N’hésitez pas à commenter et à me corriger si j’ai fait une erreur.

Le lieutenant colonel Portlock aurait installé au sommet des collines Precelly (Preseli sur google map) au sud du pays de Galle une ou des lumières oxhydriques appelés aussi “lumière de drummond” (Voir le schéma sur la droite et l’explication complète en cliquant sur le lien Wikipédia).

Le principe de fonctionnement est de mélanger à la sortie d’un bec bunsen de l’oxygène et de l’hydrogène pour enflammer de la chaux, créant ainsi une lumière très intense.

Il aurait également disposé des héliostats. (Dispositif permettant de suivre la course du soleil, voir le schéma et l’explication complète sur Wikipédia). 

En gros ce sont des lampes très puissantes.

Lui même se trouvait dans un poste d’observation au sommet du mont Kippure (Hauteur 757m), à 16 km au sud-ouest de Dublin, de l’autre côté du canal Saint George à une distance de 173 kilomètres.

Portlock a attendu 5 semaines, accumulant échec sur échec, pour enfin apercevoir de son poste d’observation du mont Kippure, la lumière l’une des lampes oxhydrique ou des héliostats disposés sur les collines de Precelly. Nous ignorons l’emplacement exact ou était installé ces lampes mais comme plusieurs sommets depassent les 500 mètres, soit plus élévés que la partie masquée, il était parfaitement possible de les voir au delà de la courbure.

Une fois de plus, pourquoi choisir un poste d’observation en hauteur ?

Sur une Terre plate, il suffirait de mettre une lampe sur une plage d’un côté puis de faire le tour pour se mettre  sur une  plage de l’autre côté . Mais ce n’est pas ce qu’il à fait….

Terre plate 0. Sphère 14

Lumière oxhydrique

Lumière de Drummond

Héliostat

Héliostat

15) Des avions dans l'espace

Notre pseudo scientifique plateux s’imagine sans doute que l’altimètre des avions mesure une altitude exact par rapport au sol alors que ce n’est qu’une approximation. Il faut savoir que  cet instrument de bord n’est en fait qu’un baromètre qui transforme la pression extérieur en altitude à  titre indicatif. Cette pression pouvant être différente selon la température, l’humidité, l’altitude. Tous les avions au dessus de 3000 pieds cale leur instrument sur une pression de 1013.25 hPa correspondant au niveau de la mer pour avoir une approximation commune.

Au décollage d’un aéroport, peu importe sa hauteur par rapport au niveau de la mer, le pilote va caler son altimètre à la pression au sol donné. Connaissant la hauteur de la piste sur laquelle il se trouve, il peut ainsi vérifier son calage par rapport au niveau de la mer en tournant l’aiguille de pression sur 1013.25 Pa. Les aiguilles indiqueront alors en pieds la différence entre sa position et le niveau de la mer.

Une fois à l’altitude de croisière, les avions sont sur pilotage automatique et l’appareil corrige en permanence l’altitude. En pilotage manuel ben oui, le pilote fait son boulot, il pilote et fait ce qu’il faut pour conserver son assiette. 

Quand nous conduisons une voiture, nous tournons bien le volant pour suivre la route. Je ne vais pas bêtement continuer en ligne droite alors que je suis dans un virage.

16 - 18 ) L'Echec d'Eric

George Biddell Airy

Albert A. Michelson

Edward Morley

Comment et à travers quoi se déplace la lumière ?

C’est une question que les physiciens et les astronomes de l’époque se posaient et l’une des théories dominantes consistait à penser qu’elle avait besoin d’un moyen de transport qu’ils avaient nommés « éther ». Une sorte de fluide dans laquelle devait baigner la Terre et le reste de l’univers.

Ils ignoraient encore qu’elle pouvait simplement se propager dans le vide, contrairement au son, qui lui, a besoin d’un support comme l’eau ou l’air pour y parvenir.

Le but des expériences d’Airy et de Michelson-Morley étaient donc de comprendre un peu mieux les effets de l’éther sur le mouvement et la vitesse de la lumière. Absolument pas d’essayer de déterminer la forme de la Terre ou de prouver qu’elle est immobile.

L’expérience de George Biddel Airy a démontrée que le déplacement de la Terre ne traîne pas d’éther dans son sillage et que les objets se déplacent librement dans l’espace.

Celle de Michelson-Morley démontre que La Terre ne voyage pas dans un éther immobile.

Dans les deux cas, ces expériences échouent à prouver l’existence de l’éther. L’explication viendra quelques années plus tard avec la théorie de la relativité restreinte d’Albert Einstein.

17) Nuit blanche ou le Paradoxe d'Olbers

Pourquoi s’il y a une infinité d’étoiles dans l’univers le ciel nocture n’est pas illuminé entièrement ?

Une chose est sure, c’est qu’il ne l’est pas mais comme ce n’est en rien une preuve que la Terre soit plate je vous renvoie sur cette vidéo très intéressante où Hubert Reeves nous apporte une réponse tout à fait convaincante au paradoxe d’Olbers.

Voir aussi l’article de Wikipédia : 

19) Les distances, c'est pas son truc non plus

Si Tycho Brahe vivait de nos jours avec nos connaissances en astronomie et le matériel dont nous disposons, il se foutrait sans doute bien de la gueule de ceux qui croient à la Terre plate. Etant lui même convaincu que c’était une sphère à son époque.

Mais pour en revenir au point 19, les étoiles sont beaucoup trop éloignées de notre système solaire pour que notre rotation autour du soleil change quoi que ce soit visuellement pour s’en rendre compte. C’est comme regarder une chaîne de montagne à l’horizon en tournant autour d’un rond point tout en essayant de voir si les montagnes s’éloignent ou se rapprochent entre elles. Ridicule.

Rien que pour le plaisir, voici un extrait de l’article Wikipédia sur Tycho Brahe.

Bien que grand admirateur de Nicolas Copernic, il ne se résout pas à abandonner le géocentrisme, et préfère mettre au point un système mixte, dit géo-héliocentrique : la Terre reste immobile au centre de l’univers, les autres planètes tournent autour du soleil, entraînées également par le mouvement de celui-ci autour de la Terre. Bien que ruiné conceptuellement par les découvertes de Kepler puis de Newton, le système sera soutenu tout au long du xviie siècle par les jésuites, qui y verront la seule façon de sauver l’immobilité de la Terre, conforme à la lettre des Écritures. Il sera définitivement éliminé par la découverte de l’aberration de la lumière qui met en évidence expérimentalement le mouvement annuel terrestre.

Voir l’article complet sur Wikipédia

Article en construction. 200 fausses preuves…. C’est long…..

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de